Comité Cicéron
Accueil du site > Identité européenne > La "rupture" de l’art européen au XIe siècle : naissance de l’individualisme

La "rupture" de l’art européen au XIe siècle : naissance de l’individualisme

samedi 14 mai 2011, par comitecic

Les formes de l’art chrétien naissent très tôt en Orient. On le retrouve jusqu’en Irlande, dans le livre de Kells, réalisé au VIIe siècle par les disciples de saint Colomban (monastère d’Iona).

Ces formes se perpétuent jusque dans l’art roman. Elles reflètent l’idéal de l’empire chrétien. Avec la fin de l’empire carolingien au XIe siècle, l’Europe se retrouve dans un véritable chaos, dont va naître une nouvelle civilisation, toujours empreinte de christianisme, mais fondée sur l’individu, et non plus sur l’empire.

Les formes d’art qui naissent à cette époque sont plus modestes, et moins abstraites, ce qui fait qu’on peut parler d’une certaine renaissance. Elles deviennent aussi plus diverses :

- les oeuvres de la cathédrale Saint-Martial de Limoges aux XIe et XIIe siècles, patron des trouvères, et notamment les belles chasses connues dans toute l’Europe. Ces oeuvres font l’apologie du sacrifice et la critique du pouvoir temporel ;

- les fabuleux récits des Minnesänger, parmi lesquels la chanson des Nibelungen, ou des troubadours, parmi lesquels le cycle arthurien et les romans de Chrétien de Troyes. L’inspiration de ces oeuvres remonte au temps des invasions.

A partir de cette époque, l’Europe ne cessera de se partager entre le deuil de l’empire et la joie d’en être libéré, alternant ainsi le meilleur et le pire.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0