Comité Cicéron
Accueil du site > Identité européenne > Les Etats-Unis d’Europe en quête de leurs racines chrétiennes

Les Etats-Unis d’Europe en quête de leurs racines chrétiennes

lundi 2 avril 2012, par comitecic

Il est encore possible de créer des Etats-Unis d’Europe, qui seraient membres de l’Union européenne, et s’y substitueraient progressivement.

Une union où les nations, ne présentant pas des différences excessives dans leur situation politique et économique, vivraient une concurrence sans agressivité, visant simplement à faire apparaître au grand jour les bonnes (et les mauvaises) pratiques.

Il faudrait pour cela que les fédéralistes se réconcilient avec le christianisme, qui est à l’origine du premier projet fédéral européen, celui de l’Allemagne, à l’époque des guerres de religion. C’est peut-être en Allemagne que s’est constituée cette philosophie acceptant l’idée de nations différentes travaillant ensemble au bien commun.

L’Europe s’est affaiblie dès lors qu’elle a prétendu que, en vertu du droit naturel, l’homme serait meilleur en abandonnant sa foi (le 18e siècle français a ici une responsabilité, même si elle est bien partagée). C’est à cette époque que les Etats-nations ont commencé leur terrible ascension, qui a culminé dans les conflits du XXe siècle, contre lesquels l’Eglise avait mis en garde précisément au moment des Lumières.

Il est très savoureux que Marx ait imputé au mercantilisme les guerres qu’il avait lui aussi prédites. C’est au contraire le droit naturel qui en est, selon nous, à l’origine : en créant une opposition entre foi et raison que rien ne justifie, le droit naturel a érigé l’Etat-nation en un absolu que même Louis XIV n’aurait osé affirmer.

Aujourd’hui décadente, l’idéologie de l’Etat-nation est tombée depuis longtemps dans l’intellectualisme, marque de fabrique du marxisme. Cette idéologie creuse le fossé entre les élites et le peuple, en niant l’unité profonde qui unit l’humanité à travers ses différences.

Outre les guerres, cette idéologie a conduit au déclin de l’Europe : en abandonnant la foi, on se prive des fruits de la science... C’est le mal de l’Europe : tant de savants pour si peu de richesse. En revenant à ses sources chrétiennes, l’Europe deviendra enfin une fédération et n’aura pas beaucoup de difficultés à reprendre sa première place dans le concert des nations.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0