Comité Cicéron
Accueil du site > Identité européenne > Le 9 et le 11 novembre, les deux dates importantes pour la France et (...)

Le 9 et le 11 novembre, les deux dates importantes pour la France et l’Allemagne

vendredi 11 novembre 2016, par comitecic

La commémoration du 11 novembre en France trahit les difficultés de notre conscience nationale. C’est une date célébrée depuis les débuts du royaume franc. Clovis fit vœu de se convertir en priant saint Martin de Tours. Celui-ci fut donc le premier saint patron de la nation. Il était considéré comme ayant concouru au premier baptême catholique d’un roi barbare.

L’armée française a sans doute choisi pour cette raison la date du 11 novembre pour signer l’armistice de 1918, qui n’était pas une capitulation. Il y avait là l’espoir d’une réconciliation véritable, car la conquête de l’Alsace Lorraine était le fait d’un Etat prussien qui incarnait déjà le nationalisme moderne. Hélas, les terribles erreurs qui ont marqué les négociations de paix, et notamment les exigences excessives de Clemenceau à l’égard de l’Allemagne ont empêché cette réconciliation.

Pourtant, l’histoire s’est entêtée : le 9 novembre 1919 fut la date de fondation de la République allemande, et cette date fut aussi choisie en 1989 pour la chute du Mur de Berlin. Il ne s’agit pas là d’un hasard. Et cette année 2016 fait aussi du 9 novembre la fête d’une nouvelle sainte française, Elisabeth de la Trinité, qui disait "Marquez tout du sceau de l’amour".

Il faut bien sûr conserver la mémoire : l’Historial de Péronne, les visites organisées au fort de Vaux dont le centenaire de l’effroyable bataille a été fêté cette année y aident. Il nous appartient surtout de comprendre le sens de ces événements : le nationalisme est une erreur des Etats modernes, qu’ils soient républicains ou monarchiques, qui ont voulu mettre la nation au plus haut, à la place de Dieu.

La Saint Martin est bien une fête européenne : lorsque l’Europe oublie le partage d’un idéal commun au détriment des égoïsmes nationaux, elle se détruit. Puisse un jour le 11 novembre devenir la fête de l’unité franco-allemande, et le début d’une véritable Europe fédérale, protectrice des nations notamment contre les démons de l’Etat moderne.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0