Comité Cicéron
Accueil du site > Identité européenne > Les racines chrétiennes de l’Europe dans la Constitution de Lisbonne

Les racines chrétiennes de l’Europe dans la Constitution de Lisbonne

dimanche 7 septembre 2008, par comitecic

(7 septembre 2008) Le "renforcement d’un système de valeurs aux racines culturelles, religieuses et humanistes, qui, allant au-delà du marché commun, vise, dans le cadre d’une économie sociale de marché, à améliorer la qualité de vie des citoyennes et citoyens et de la société dans son ensemble" était appelé par le Parlement européen dans sa résolution du 24 septembre 2003.

La charte des droits fondamentaux intégrée dans le traité constitutionnel de Rome du 29 octobre 2004 affirmait dans ses considérants : "Consciente de son patrimoine spirituel et moral, l’Union se fonde sur les valeurs indivisibles et universelles de dignité humaine, de liberté, d’égalité et de solidarité ; elle repose sur le principe de la démocratie et le principe de l’Etat de droit."

Le traité de Lisbonne du 3 décembre 2007 introduit dans le traité sur l’Union européenne le considérant : "S’inspirant des héritages culturels, religieux et humanistes de l’Europe, à partir desquels se sont développées les valeurs universelles que constituent les droits inviolables et inaliénables de la personne humaine, ainsi que la liberté, la démocratie, l’égalité et l’Etat de droit".

Au total, il faut bien avouer qu’une évolution de sensibilité est perceptible : la dernière version ne parle pas d’Union mais d’Europe, pas de patrimoine ni de racines mais d’héritage, et qui plus est affirme que c’est à partir de cet héritage que s’est développée la démocratie. L’idée que la religion contribue à la qualité de vie et à l’économie sociale était tout de même peu crédible.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0