Comité Cicéron
Accueil du site > Chroniques diverses > Développement durable > L’héritage social de 1968 : un échec sur toute la ligne

L’héritage social de 1968 : un échec sur toute la ligne

samedi 12 avril 2008, par comitecic

Alors que se prépare une réforme de l’assurance chômage et de la formation professionnelle, il est passionnant de lire l’accord national interprofessionnel du 10 février 1969. C’est le point de départ de la négociation collective de branche en France. Elle se fixe dès le départ des missions en matière de mutations économiques, de formation professionnelle et de réduction du temps de travail ! Ces mêmes thèmes sont restés au coeur du dialogue social et des politiques d’emploi jusqu’au début des années 2000, avec les échecs catastrophiques des lois de réduction du temps de travail et de modernisation sociale, et la faillite du système de formation professionnelle.

Comme si, effectivement, il avait bien fallu 30 ans, à la gauche comme à la droite françaises, pour réorienter le dialogue social vers des sujets plus modernes : amélioration du pouvoir d’achat par la réduction des charges sociales, intéressement des salariés aux résultats de l’entreprise par l’épargne et la capitalisation de retraite, et développement des formations individuelles. La démocratie sociale est sortie ces dernières années de l’enfance. L’accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008 et la position commune du 10 avril 2008 le montrent.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0